Les préformateurs soulignent que toutes les règles, telles que la quarantaine, seront rigoureusement respectées. Mardi après-midi, le président des libéraux flamands apprenait qu'il avait été testé positif au coronavirus. Le préformateur a immédiatement averti les négociateurs des sept partis de la coalition actuellement envisagée entre libéraux, socialistes, écologistes et chrétiens-démocrates flamands du CD&V.

Tous les présidents de partis ainsi que leurs collaborateurs ayant assisté à des réunions ont été testés ou seront testés le plus rapidement possible.

Les préformateurs attendront ces résultats. "Afin de limiter les risques, aucune réunion n'aura lieu physiquement dans un futur proche. En attendant, ils évaluent la possibilité de poursuivre les travaux par vidéoconférence", précise le communiqué.

Cette contamination d'un des deux préformateurs aura dans tous les cas un impact sur le déroulement des négociations. Tout individu qui a été en contact avec une personne testée positive doit être mise à l'isolement, même si elle a obtenu un test négatif précédemment. Elle devra ensuite se soumettre à un deuxième test après cinq jours au plus tôt. La quarantaine peut alors être levée si ce test se révèle négatif.

Egbert Lachaert doit observer une quarantaine jusqu'au 22 septembre. Or, les préformateurs doivent faire rapport de leur mission au Roi ce vendredi 11 septembre. En outre, le gouvernement minoritaire actuel dirigé par Sophie Wilmès est censé redemander la confiance de la Chambre la 17 septembre au plus tard.