Le CDH peut se faire du souci dans la perspective des élections législatives de mai 2019. En ce qui concerne les élections provinciales, le parti perd des plumes dans toutes les provinces, ce qui donne un bon aperçu de la force - plutôt de la faiblesse - de la marque humaniste en Wallonie et de sa capacité à réaliser un bon score dans huit mois. Les sondages les montraient mal en point. Cela se confirme. Le CDH fait face à la même déprime que les deux autres formations traditionnelles, PS et MR.

Dans le Brabant wallon, par exemple, le parti passe sous la barre des 10 %. Inquiétant dans la mesure où il n’est déjà plus capable d’envoyer le moindre élu à la Chambre et n’en envoie qu’un seul au Parlement wallon - il s’agit d’André Antoine qui a perdu le maïorat à Perwez… Bien sûr, le CDH réalise de bons scores dans plusieurs places fortes : à Bastogne où le président du parti Benoît Lutgen a remporté haut la main son duel face à son frère Jean-Pierre, à Namur (avec Maxime Prévot), à Malmedy (Jean-Paul Bastin), à Berchem-Sainte-Agathe (Joël Riguelle), à Mouscron (Brigitte Aubert), à Gembloux (Benoît Dispa), etc.

>>> Notre dossier: Communales 2018: quel bilan pour les partis ?

Quelques victoires

Il engrange aussi des victoires significatives, comme à Ganshoren où Pierre Kompany devient bourgmestre, à Woluwe-Saint-Pierre où Benoît Cerexhe voit sa position maïorale renforcée, à Gouvy où le parti reprend la maison communale, ou encore à Les Bons Villers où Mathieu Perin réalise un coup de force en remportant la majorité absolue.

Toutefois, ces performances atténuent à peine la défaite. Le CDH est un parti de municipalistes. Il est mieux représenté au niveau local que dans les parlements régionaux et fédéral. Cela signifie qu’il ne parvient pas complètement à convertir la popularité de ses bourgmestres et échevins en voix pour les niveaux de pouvoir supérieurs, notamment en raison de la difficulté d’identifier ces ténors locaux au CDH. Or cette conversion va encore se compliquer en 2019 puisque M. Lutgen avait demandé à ses troupes de confectionner des listes d’ouverture, sans le nom du parti. Appel entendu. À peine 24 listes s’appelaient CDH…