La ministre de la Santé a reconnu que "si c'était à refaire", elle ferait certaines choses différemment.

Cible de vives critiques depuis le début de la crise sanitaire, Maggie De Block est revenue ce mercredi 24 juin sur ses décisions si souvent contestées au cours de ces derniers mois. Entre le Covid-19 qualifié de "petite grippe", la polémique des masques et l'inquiétude dans les maisons de repos, la libérale flamande a très souvent été considérée comme responsable des problèmes organisationnels rencontrés par la Belgique dans sa lutte contre le coronavirus. “Lorsque vous me demandez “avez-vous fait des bêtises?”, oui, j’en ai fait!, a admis la ministre de la Santé sur le plateau de la RTBF. Parce que j’ai travaillé. Quand on ne fait rien, on ne sait pas faire de bêtises.”

Maggie De Block a ainsi estimé avoir "pris ses responsabilités". "Au mois de janvier déjà, j’ai réuni un comité scientifique, a-t-elle détaillé. Ensuite la situation s’est aggravée, j’étais à la tête d’une conférence interministérielle chaque matin dès 8h. J’avais le comité de concertation, le kern, les ministres, la cellule de crise…"

>> À lire également: Maggie De Block, le rêve devenu cauchemar

Du mépris à l'égard du personnel hospitalier ?

Mais ce qui lui a été probablement le plus souvent reproché est sans aucun doute le fiasco rencontré dans l'approvisionnement des masques. Alors que les médecins devaient faire face à une affluence importante de patients atteints du coronavirus, le matériel venait à manquer. C'est à ce moment-là que des informations ont fuité concernant la destruction d'un stock stratégique de plusieurs millions de masques FFP2, qui n'a par la suite pas été renouvelé. "Ces millions de masques ont été détruits parce qu’ils étaient périmés, a rappelé la libérale flamande. Il était prévu de refaire des stocks dans les hôpitaux – puisque je ne suis compétente que pour les hôpitaux –. J’avais demandé un plan au SPF Santé Publique. Mais il n’était pas possible de constituer ce stock à ce moment-là." La ministre de la Santé a toutefois reconnu que "si c'était à refaire", elle recommanderait des masques sans aucune hésitation.

Enfin, le personnel hospitalier a souvent pointé du doigt le "mépris" de Maggie De Block à leur égard et son manque d'écoute. "Ce n’était pas du tout du mépris, je ne sais pas d’où ça vient, s'est justifiée la ministre de la Santé sur le plateau de la RTBF. Et ce n’est que du côté francophone que l’on me reproche cela. J’assume mes erreurs et il y a beaucoup de critiques, même pour les compétences que je n’ai pas."