Contre toute attente, le Conseil national de sécurité a choisi, ce mercredi 24 juin, de ne pas rendre obligatoire le port du masque. Une décision qui en a surpris plus d'un au vu des déclarations des experts membres du GEES, se prononçant largement en faveur d'un renforcement de la règle.  La présidente du conseil d'experts chargés du déconfinement, Erika Vlieghe, et le virologue Marc Van Ranst avaient notamment prôné dans les médias que soit rendu obligatoire le port du masque dans les magasins. Une attitude qu'a vivement dénoncée Maggie De Block dans les colonnes de Het Laatste Nieuws. "Leurs motivations n'étaient pas scientifiques", a estimé la ministre de la Santé.  

La libérale flamande a ainsi postulé que les sorties qu'ont multipliées les experts dans les médias faisaient plus office de piqûre de rappel. Les tendances étant toujours à la baisse, elle n'a pas trouvé de raison épidémiologique à une telle demainde. "Cet appel à rendre le masque obligatoire revêtait davantage l'aspect d'une déclaration pour que nous restions attentifs au coronavirus." La ministre de la Santé a toutefois refusé que cette protection buccale soit érigée au rang de symbole contre le Covid-19.   
    
Maggie De Block a, par ailleurs, continué à mettre en garde contre le faux sentiment de sécurité que procure le port du masque. "En portant une protection buccale, vous protégez les autres, a-t-elle rappelé dans HLN. Si vous toussez ou si vous éternuez, des gouttelettes ne tomberont pas sur eux. Mais vous n'êtes pas mieux protégés pour autant."  C'est pourquoi la ministre de la Santé a demandé que soient, à tout prix, respectées les mesures sanitaires et que 10.000 personnes ne se rassemblent pas en pensant être hors de danger parce qu'elles portent un masque.   

"Laissons les gens respirer"   

En sera-t-il toujours ainsi ? Le masque restera-t-il simplement "fortement recommandé" jusqu'à la crise sanitaire ? Rien n'est moins sûr. La libérale flamande n'a, en effet, pas écarté que de nouvelles mesures voient le jour en cas de rebond épidémique. "Mais laissons les gens respirer! Ne rendons pas tout obligatoire", a prôné Maggie De Block. 

Enfin, quant aux nombreuses sorties des scientifiques dans les médias, la ministre de la Santé a tenu à rappeler aux experts quel était leur rôle dans cettre crise. "Si on me pose la question, un organe consultatif est un organe consultatif et doit connaître la place qu'il occupe, a-t-elle conclu. Il doit délivrer son rapport et attendre par la suite pour en discuter."