La ministre fédérale Maggie De Block (Open Vld) qui a hérité de la compétence de l'Asile et de la Migration exercée jusqu'il y a quelques heures par l'ex-secrétaire d'Etat N-VA Theo Francken s'est engagée dimanche à gérer cette "compétence difficile" qu'elle a déjà assumée de 2011 à 2014 "de façon pragmatique".


"Chacun à sa façon de travailler. Je veux résoudre les problèmes qui se posent de manière très pragmatique. Je n'aurai pas le temps de faire des tweets", a commenté Mme De Block, interrogée à l'issue du premier Conseil des ministres du gouvernement Michel II.

Nuançant sur des propos peu amènes au sujet de son prédécesseur tenus plus tôt dans la journée -"Je récupère aujourd'hui un département en crise. C'est le chaos", avait-elle dit -, Mme De Block a précisé de nombreuses choses positives, qui avaient été négociées, ont été faites, à l'exemple de la politique de retour et des accords avec des pays étrangers.

Des propos qui avaient suscité une réaction virulente de Theo Francken qui avait qualifié les paroles de Maggie De Block de "petites" et "faibles". Il avait aussi estimé ne pas avoir à recevoir de leçons sur une politique humaine. 

Elle a ajouté que les quotas d'ouverture de dossiers contingentés par Theo Francken à une cinquantaine par jours ont "posé des problèmes".

"On a ainsi envoyé une femme à la rue avec son bébé. Là, je trouve qu'il faut voir comment les problèmes se posent, et comment on peut les résoudre", a-telle ajouté réitérant son credo dans une politique "stricte mais juste".

"Les trois partis de la coalition s'engagent fondamentalement à soutenir une politique d'asile ferme et humaine", avait quant à lui déclaré auparavant le Premier ministre Charles Michel, lors de la conférence de presse organisée à l'issue du premier Conseil des ministres de l'orange bleue.