La Russie a affirmé samedi avoir produit ses premiers vaccins contre le coronavirus. Le président Vladimir Poutine avait l'annoncé en grande pompe la semaine dernière, provoquant le scepticisme de la communauté internationale.

Interrogée mardi en commission de la chambre, Maggie De Block a affirmé qu'il était impossible de se prononcer sur ce vaccin. "Ni l'agence européenne ni l'AFPMS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) n'ont reçu de demande par rapport à ce vaccin russe et personne n'a pu consulter les données sur ce vaccin", a-t-elle fait remarquer. "On ne peut pas se prononcer puisque ces données sont restées confidentielles. Il faut respecter la réglementation en vigueur", a-t-elle conclu.

Maggie De Block a rappelé l'existence d'un accord annoncé vendredi dernier entre la Commission européenne et une firme pharmaceutique, AstraZeneca, pour s'assurer de la livraison de 300 millions de doses de son vaccin contre le coronavirus. "Nous ne manquerons pas d'examiner cela", a-t-elle indiqué.