Dans une interview accordée à La Libre, Rik Torfs, ancien recteur de la KU Leuven, se montre très critique à l'égard de Marc Van Ranst, qu'il qualifie de "proche du PTB". "Il serait naïf de ne le considérer que comme expert virologue. Il faut le regarder comme quelqu'un avec une vision de société assez extrême. Il faut prendre en compte ses opinions politiques bien radicales", assène le professeur de droit canonique.

Suite à ces attaques, La Libre a fait réagir le virologue. Surpris, il juge que “c’est trop facile pour Rik Torfs de dire n’importe quoi. C’est malhonnête. Qu’il prouve ses accusations par des exemples concrets. Il ne trouvera rien. Chacune de mes recommandations est dictée par mes observations de scientifique. Il n’y a aucune connotation politique dans mes avis”.

Marc Van Ranst rappelle qu’il est taxé de communiste par le Vlaams Belang et la N-VA depuis qu’il a rédigé, en 2016, l’avant-propos d’un livre de Peter Mertens et qu’il était présent au côté du président du PTB lors de la présentation de l’ouvrage. “Voilà, c’est tout ce que j’ai fait. Je n’ai jamais été membre ou candidat de ce parti ou de tout autre parti d’ailleurs.”

Et fait-il peur aux autres virologues, comme le prétend Rik Torfs ? “Mais non ! On dirait une blague. Demandez à Erika Vlieghe, Pierre Van Damme, Steven Van Gucht et tous les autres. Je donne mes avis comme eux.”

Marc Van Ranst assure vivre toutes les critiques actuelles “avec amusement”. “Les attaques sur Twitter sont quotidiennes mais elles ne sont pas difficiles à vivre. Dans la rue, les gens sont toujours très sympathiques. Je n’ai jamais fait face à la moindre mauvaise rencontre ou la moindre agressivité.”