Après une nuit de discussions, les négociateurs se sont finalement mis d'accord sur le nom de la commissaire européenne. L'ancienne présidente du CD&V et députée au Parlement européen Marianne Thyssen sera la commissaire européenne de la Belgique. Elle a été préférée à Didier Reynders (MR) et à Gwendolyn Rutten (Open-VLD).

Le poste de Premier ministre reviendra donc à un membre de la famille libérale, ont annoncé les coformateurs lors d'un point presse ce jeudi matin. Le MR avait affirmé ces derniers jours que le CD&V ne pourrait briguer à la fois le poste de commissaire européen et le poste de Premier ministre.

Dans cette optique, Charles Michel est pressenti comme futur Premier ministre. Car l'actuel président du MR, qui dirige les négociations, ne cédera certainement pas ce "trophée", ni à Didier Reynders ni à un membre de l'Open VLD. D'autant que les libéraux flamands ont perdu les élections et qu'ils ont rejoint la suédoise en faisant le forcing.

Ce matin, à la RTBF, Louis Michel a répondu à propos d'un MR au Seize :"C'est un poste qui ne se refuse pas. Si un francophone peut l'avoir c'est important."

On se dirige donc vers un gouvernement Charles Michel-Wouter Beke (CD&V), les deux hommes se sont en effet beaucoup rapprochés ces dernières semaines. Cependant, vu les nombreux rebondissements de ces dernières semaines, la prudence est de mise.

Et maintenant ?

Les co-formateurs Kris Peeters et Charles Michel ont fait rapport au Roi ce jeudi matin. Le Palais a fait savoir dans un communiqué que la Roi leur a demandé de poursuivre leur mission.

Les différents négociateurs vont désormais se concentrer sur les discussions autour du cadre budgétaire, qui devraient encore durer quelques semaines. La désignation des postes de ministres n'interviendra qu'après le bouclage de ces négociations.

"Soutenue par son parti"

Marianne Thyssen a exprimé sa gratitude à son parti qui a soutenu sa candidature et du même coup a sacrifié la possible accession du formateur Kris Peeters au poste de premier ministre. "Je comprends que ce n'était pas un choix évident", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse, entourée de M. Peeters et du président du CD& V, Wouter Beke. Mme Thyssen n'a pas voulu s'avancer sur le portefeuille qu'elle recevrait au sein de la Commission. Tout ce qui a circulé dans les médias à ce sujet relève de la "spéculation", a-t-elle assuré.

La future commissaire dit avoir été soutenue par son parti, par M. Beke et M. Peeters, et a refusé de parler de rivalité avec M. Peeters. "Je ne me suis jamais sentie la rivale de Kris", a-t-elle affirmé. "Kris s'est rangé résolument derrière la candidature de Marianne", a ajouté M. Beke.

Le CD& V a pris la décision de soutenir la candidature de Mme Thyssen à la Commission en sachant bien qu'il ne pourrait décrocher en plus le poste de premier ministre, a encore indiqué le formateur. A l'entendre, la discussion avec les autres partis associés à la formation du gouvernement a néanmoins été tendue jusqu'au bout.

Tom Vandenkendelaere succède à Marianne Thyssen au Parlement européen

Tom Vandenkendelaere (30 ans), président de l'organisation des jeunes du CD&V, remplacera Marianne Thyssen au Parlement européen. Il a confirmé l'information à l'agence Belga. Ce docteur en relations internationales dirige les jeunes du CD&V, où il a été élu pour un mandat de deux ans (2013-2015). Il est aussi attaché au SPF Affaires étrangères.

Si elle est confirmée dans ses fonctions, Mme Thyssen deviendra officiellement commissaire européenne à partir du 1er novembre. M. Vandenkendelaere devrait donc pouvoir participer à sa première séance plénière le 12 novembre à Bruxelles.

Le futur député européen avait fait campagne sur les thèmes de l'agriculture et de l'enseignement. Premier suppléant sur la liste du CD&V, il avait obtenu 31.716 voix de préférence.