La visite de la Première ministre à l'hôpital Saint-Pierre est loin d'être passée inaperçue. Pour cause: l'accueil glacial qui lui a été réservé par les soignants. Aligné de chaque côté de la voiture de Sophie Wilmès (MR) et lui tournant le dos, le personnel hospitalier a manifesté son mécontentement à l'encontre des décisions du gouvernement avec cette "haie de déshonneur". Une action qu'avait vivement regrettée Marie Christine Marghem sur Facebook. "Des enfants qui n'ont pas eu ce qu'ils voulaient", avait-elle estimé sur le réseau social, qualifiant l'initiative de "politisée et ridicule" avant d'effacer sa publication quelques heures plus tard.   

Sa remarque qui a suscité l'indignation lui a valu un recadrage de son président de parti, Georges-Louis Bouchez (MR). Deux jours plus tard, la ministre ne semble toutefois pas avoir changé d'avis et continue à penser que les soignants n'ont pas agi correctement."Tout mon respect pour ces gens qui luttent en première ligne, a-t-elle précisé au micro de LN24. Mais ce qui est dommage, c'est qu'on tourne le dos et que le respect que l'autorité fédérale place dans cette visite n'est pas rendu." 

La libérale se dit toutefois tout à fait ouverte au dialogue, qu'elle encourage. "Si on a des choses à dire, on peut le dire fermement et posément, a-t-elle conclu. On ne dialogue pas le dos tourné."