Le président du cdH a dénoncé les propos "inutilement cinglants" de celle qui s'est aujourd'hui retirée de son parti et du monde politique en général.

Maxime Prévot a fait part à La Libre de sa réaction suite aux propos tenus par Véronique Waroux. L'ex-députée wallonne cdH s'est exprimée ce mardi matin au sujet de la relation houleuse qu'elle entretenait avec son collègue Dimitri Fourny au Parlement wallon. Le qualifiant de "Fournicator" et pointant du doigt sa "brutalité", Véronique Waroux a violemment taclé son ancien collègue, qui l'a "dégoûtée" de la politique.



"Tirer sur l'ambulance n'est pas élégant"

"On ne se grandit jamais en rabaissant les autres", a regretté le président des humanistes. "Tirer aujourd'hui sur l'ambulance n'est pas élégant", a-t-il poursuivi, en référence aux ennuis judiciaires de M. Fourny et à son renvoi dans l'opposition dans sa commune de Neufchâteau suite aux nouvelles élections qui se sont tenues ce dimanche.

Maxime Prévot reconnait toutefois que "les relations entre Dimitri Fourny et Véronique Waroux n'ont jamais été au beau fixe". Mais, pour Maxime Prévot, l'ancienne députée a tenu des propos "inutilement cinglants".

"Véronique a probablement mal vécu son mandat parlementaire malgré son engagement sincère, et c'est dommage pour elle et nous, mais Dimitri a toujours loyalement défendu les positions collectivement arrêtées par le cdH", a conclu le leader des humanistes.