Politique belge

Suite au divorce avec le FDF, le président du MR, Charles Michel, avait interdit à ses troupes de figurer sur les listes emmenées par des bourgmestres FDF lors du scrutin local d’octobre 2012. Dans les communes de Schaerbeek et de Woluwe-Saint-Lambert, de nombreux élus ont malgré tout préféré se présenter aux cotés de Bernard Clerfayt et d’Olivier Maingain.

Ce fut notamment le cas de Bernard Guillaume, Etienne Noël et Sadik Köksal à Schaerbeek et de Monique Louis et Michèle Hasquin-Nahum à Woluwe-Saint-Lambert. Cette tactique leur a permis de rester dans la majorité tandis que les listes 100% MR conduites par Georges Verzin et Julie Van Goidsenhoven-Bolle se sont littéralement plantées…

Mais les rebelles paient encore aujourd’hui le prix de leur réussite électorale puisqu’ils ont été mis à la porte de leur parti. À l’inverse, les "fidèles" ont l’assurance d’avoir une place en ordre utile sur la liste MR lors des élections régionales de 2014.

Dans à peine plus d’un an, les Bruxellois se rendront donc aux urnes pour y élire leurs représentants au sein de la Région. Que prévoient les boss du MR ? De se passer des dissidents et des milliers de voix qui vont avec ? Ou de réunir leurs forces afin de mettre toutes les chances de leur côté ? Un désaccord subsiste sur ce point entre Charles Michel et Didier Reynders...

En novembre dernier, Didier Reynders avait contacté certains libéraux dissidents en leur promettant de les réintégrer dès qu’il prendrait la présidence du MR bruxellois. Dans un courrier envoyé en décembre, le néo-Ucclois avait également félicité les libéraux schaerbeekois pour leur élection tout en évoquant un grand rassemblement libéral en 2014.

Les dissidents avaient alors bon espoir d’être réintégrés. Mais la donne aurait changé depuis, suite aux élections internes au MR. En effet, Didier Reynders a formé un ticket commun avec Vincent De Wolf qui suit la même ligne que le président du MR concernant les dissidents. “Il y a trois semaines, Didier Reynders a rencontré un échevin schaerbeekois pour lui dire que Charles Michel bloque la situation mais que tout espoir n’est pas perdu”, confie un élu préférant rester anonyme.

“Le MR n’a plus de majorité dans le Nord-Est de la capitale. S’il tenait compte de notre existence, il retrouverait un pied dans la majorité à Schaerbeek et à Woluwe-Saint-Lambert. C’est une politique suicidaire de ne pas nous réintégrer. Tout le Nord-Est est laissé au PS et au FDF”, commente pour sa part l’échevin schaerbeekois Bernard Guillaume, exclu du MR après 45 années passées au sein du parti.