Les administrateurs MR d'Enodia (ex-Publifin) réclament la tenue d'un conseil d'administration de cette intercommunale dès ce lundi, après l'annonce de l'annulation, par le gouvernement wallon, des ventes des filiales de Nethys. La démission, dans la foulée, du CA de Nethys, était devenue inéluctable au regard de ces décisions, ajoutent-ils, et doit être l'occasion de ramener de la sérénité dans ce dossier. Les administrateurs MR au CA d'Enodia ont toujours estimé que toute vente d'une société du groupe était conditionnée, depuis l'entrée en vigueur du décret gouvernance en mai 2018, par l'obtention d'un avis conforme d'Enodia, rappellent-ils.

La démission du conseil d'administration de Nethys "doit être l'occasion de ramener de la sérénité (...) au travers de la désignation rapide d'un nouveau CA qui assurera la continuité de l'entreprise et désignera un nouveau management", poursuivent Jean-Claude Jadot, Fabian Culot et Maxime Degey.

Pour les administrateurs MR, le modèle actuel doit être modifié "sans délai". "Entre les intérêts et logiques d'une société anonyme comme Voo, qui évolue dans un secteur concurrentiel, et ceux d'une intercommunale dont les administrateurs doivent légitimement rendre compte de leur mandat en toute transparence, force est de constater que les obligations des uns et des autres sont devenues inconciliables".

"Des informations détenues par Nethys n'ont pas été - pour ces raisons ou pour d'autres - portées à la connaissance du CA de Enodia, alors qu'elles auraient dû l'être", déplorent-ils en outre.

Leurs priorités sont "les garanties à obtenir pour le maintien de l'emploi et de l'ancrage local du groupe d'une part, et d'autre part, la juste valorisation au profit des actionnaires communaux et de la province des éléments d'actif dont le maintien au sein du groupe risquerait de compromettre le développement", concluent-ils.