Alors que les indicateurs sont tous à la baisse en Belgique pour le deuxième jour consécutif, le ministre-président bruxellois est revenu sur la situation dans la capitale. La région de Bruxelles-Capitale a enregistré ces derniers jours la moyenne du nombre de contaminations la plus importante, détrônant Anvers. La zone a même été colorée en brun foncé sur la carte européenne de l'ECDC (Centre européen de prévention et de contrôle des maladies), ce vendredi 21 août, tandis que le reste du pays conservait sa couleur orange. Mais, selon Rudi Vervoort (PS), il faut relativiser: la situation n'est pas dramatique, même si le virus circule de façon plus intense à Bruxelles. "C'est un phénomène qui touche toutes les grandes villes, ne fut-ce que parce que ce sont des espaces où il y a une concentration de population plus importante et un brassage de la population beaucoup plus grand, a détaillé le socialiste. Le virus trouve donc un terreau où il peut circuler plus facilement que dans le Luxembourg, par exemple."

Rudi Vervoort a ensuite répondu aux critiques lui étant adressées au sujet d'un manque de réactivité face au rebond épidémique. En effet, plusieurs voix se sont élevées notamment du côté des virologues pour que soient adoptées à Bruxelles des mesures plus strictes, comme l'avait fait Anvers précédemment. "Je pense qu'il faut arrêter de comparer Anvers et Bruxelles, ce n'est pas un concours, a fustigé le ministre-président bruxellois. (...) On a l'impression - singulièrement dans la presse néerlandophone - qu'il faut absolument montrer qu'à Bruxelles ça ne va pas bien."

À son tour, le socialiste a pointé du doigt la cacophonie à laquelle se livrent les experts. "Les experts parlent dans tous les sens, certains nous disent que la situation n'est pas grave, tandis que pour d'autres elle est catastrophique, a regretté M. Vervoort. Je pense qu'il faut un discours clair, cohérent qui dit que le virus est encore là et ce pour longtemps et qu'il faut prendre des mesures pour se protéger."

Enfin, concernant le port du masque, le ministre-président bruxellois a déjà mis en garde la population: il sera encore d'application pendant un certain temps "Je ne suis pas un adepte du port du masque, mais c'est ce qui fonctionne le mieux avec la distanciation sociale", a-t-il conclu, n'écartant toutefois pas d'adapter les règles en vigueur une fois la situation stabilisée.