Le socialiste flamand faisait campagne dans le quartier du Châtelain.

À trois jours du multiple scrutin, les membres des différents partis politiques belges sont à pied d'oeuvre. Sur les marchés, brocantes ou encore dans les rues, les candidats se lancent corps et âme pour cette dernière ligne droite. Pascal Smet a choisi quant à lui le quartier du Châtelain hier pour faire campagne. Mais tout ne s'est pas passé comme prévu. En effet, alors que le ministre bruxellois de la mobilité abordait les clients d'un café de la capitale attablés en terrasse, le patron de l'établissement a souhaité qu'il quitte les lieux. "Ma fille lui dit poliment que nous n’autorisions personne à faire sa propagande électorale auprès de nos clients, a écrit ce dernier sur Facebook, Pascal Smet l’a très mal pris contrairement à ses collègues et adversaires politiques à qui nous l’avions refusé également et qui le comprenaient très bien".

Le ministre se serait emporté suite à cette demande. "Parce qu’on n’a pas cédé Pascal Smet n’a pas hésité à nous menacer de faire mesurer la terrasse afin de nous nuire", raconte le gérant du café Pam Pam. 

Bien que deux affiches électorales aux couleurs du MR soient bien visibles sur l'immeuble où se trouve le Pam Pam, son gérant se dit "apolitique". "Ces affiches sont présentes au deuxième étage, là où vivent des locataires. Moi, je suis apolitique. Avant Pascal Smet, d'autres candidats avaient déjà été refusés. Mais les autres n'avaient pas fait d'histoires...", assure-t-il à LaLibre.be.

Le ministre a contesté s'être emporté et avoir asséné la moindre menace. "J'ai hier soir plaidé lors du marché du Châtelain pour un réaménagement de la place (...), a expliqué Pascal Smet à la RTBF. Cela ne semble pas être au goût de tous, un commerçant m'a dit: 'Vous gênez en terrase'. J'ai répondu que j'étais sur l'espace public et qu'une terrasse devait toujours rendre possible le passage des piétons".

Ce ne serait pas une première histoire de la sorte pour le socialiste flamand. La semaine dernière, ce dernier aurait été chassé de la boulangerie Wittamer dans le quartier du Sablon comme l'a rapporté le gérant du commerce bruxellois. Pascal Smet avait également démenti cette affirmation.