Le président du PS Paul Magnette s'est dit étonné samedi par "la violence de certains échanges" visant le président de la FGTB Robert Vertenueil, mis sur la sellette par une partie du syndicat socialiste qui n'apprécie pas une interview qu'il a donnée à plusieurs journaux avec le président du MR Georges-Louis Bouchez. 

M. Vertenueil "a défendu ses positions, ce serait une simplification de dire qu'il veut nouer un pacte social entre la FGTB et le MR", a commenté M. Magnette, interrogé par Belga.

Le président national de la FGTB "réclame en effet un pacte social, mais n'allons pas propager de la confusion", a ajouté le président du PS. Il fait toutefois observer que, dans le cadre de l'action commune, il respecte aussi l'autonomie du syndicat.

La position de Robert Vertenueil à la tête du syndicat socialiste s'est trouvée affaiblie à la suite de cet entretien croisé avec M. Bouchez publié jeudi. Le syndicaliste a dû publier dans la foulée un communiqué insistant sur les profondes divergences de vues avec le MR, mais dans la perspective des élections sociales, son mandat pourrait à nouveau être mis en question dans les prochains jours. D'aucuns voient dans ces remous les tensions qui agitent la FGTB depuis la poussée électorale du PTB.