Les représentants des différentes fédérations du PS étaient attendus pour 22h dans un cinéma de Louvain-la-Neuve. Le président Paul Magnette est arrivé le dernier en compagnie du président du Parlement wallon, Jean-Claude Marcourt. Les deux hommes avaient-ils besoin de se parler ? En entrant dans la salle réserve au congrès de participation du PS, les personnes présentes se sont levées pour applaudir chaleureusement leu président.

La présentation des votes rapportés par les différentes fédérations du PS s’est tenue à huis clos et sans suspense il est revenu massivement positif puisque la participation du PS au nouveau gouvernement fédéral a été validée à l’unanimité moins une abstention.

Paul Magnette a ensuite pris la parole. "Nous avons déplacé les curseurs les uns après les autres", a ainsi expliqué le président qui faisait référence à la volonté de certains partis qui se trouvaient autour de la table et qui, selon lui, ne voulaient pas faire un effort important sur les questions liées à la santé. "Cachés dans ces salles de négociations, nous avons entendu à nouveau ces discours qui disaient qu’il n’y avait pas d’argent". Magnette a ensuite précisé que désormais et ce grâce à son parti, le budget fédéral pour la santé serait renforcé de 4 milliards d’euros.

Sur la pension minimum qui atteindra à l’avenir les 1500 euros nets, Paul Magnette a précisé que ses futurs partenaires disaient que : « ça coûte cher et il n’y a pas beaucoup de marges budgétaires mais nous n’avons pas lâché et nous avons fini par convaincre ceux qui ne voulaient pas délier la bourse ».

"Ils nous disaient ça coûte cher et nous leur répondions que l’open bar de la suédoise c’était fini et que le PS était de retour. C’est le retour du cœur", a-t-il encore expliqué avec quelques sanglots dans la voix.

Sur la question de la fiscalité, Magnette a raconté à ses délégués des fédérations que "nous avons proposés d’aller chercher l’argent auprès des grands groupes internationaux qui ne l’aient presque pas d’impôts". "Ils se sont dit ensuite que nous n’oserions pas nous attaquer aux riches de chez nous" à encore ironisé Magnette, avant de saluer la collaboration avec les socialistes flamands. "Tard dans la nuit hier nous avons obtenu, grâce à Conner Rousseau, la levée du secret bancaire pour lutter contre la fraude fiscale". "Nous avons obtenu une contribution sur les patrimoines de plus d’un million d’euros qui seront versés dans les soins de santé". "Ils disaient qu’il n’y avait pas de larges budgétaires, nous les avons aidés à en trouver".

Les noms des trois ministres Et du secrétaire d’état devraient être connus durant la nuit.