Paul Magnette, le président du Parti socialiste, a relancé jeudi matin l'idée soutenue par ses troupes d'une prime aux "héros du quotidien", qui devrait être "de 750 euros net" et parvenir à "tous ceux qui ont continué à travailler pendant la crise" dans des fonctions essentielles. Le bourgmestre de Charleroi s'exprimait à ce sujet en radio, dans l'émission matinale de Bel RTL. Une proposition de loi sera déposée au parlement en ce sens, a-t-il laissé entendre. La prime que le PS souhaite pourrait par exemple être payée par l'employeur puis être déductible à l'impôt des sociétés, "il peut y avoir une intervention de l'Etat", ...

Il est "fondamental" qu'on "remercie, qu'on récompense celles et ceux qui ont travaillé pendant la crise. Indépendants ou salariés, peu importe", ajoute Paul Magnette, qui propose parallèlement une autre "prime", de 200 euros cette fois, pour "tous ceux qui sont sous le seuil de pauvreté actuellement".

Selon le président du PS, "une crise sociale majeure s'annonce" en effet. "On voit tout à coup exploser les demandes de colis alimentaires, les restos du coeur voient arriver un public autre que le public habituel", comme des étudiants ne pouvant plus se reposer sur un job d'appoint dans l'horeca, explique-t-il.

Cette prime aux plus vulnérables est une "mesure de relance économique tout à fait indispensable", poursuit-il, relativisant le coût final d'une telle mesure. "C'est un investissement avec un effet retour. Aider ces gens, c'est leur permettre de consommer davantage sur le plan local, et donc aider aussi nos commerçants. La personne va dépenser ces 200 euros, qui partent alors dans l'économie".