À l’issue d’un bureau du PS exceptionnellement tenu en vidéoconférence, Paul Magnette, président des socialistes, a annoncé que son parti soutiendrait le gouvernement minoritaire actuel dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus. 

Il enterre ainsi l’idée de former un nouveau gouvernement avec la N-VA, une idée qui avait pris corps depuis deux jours et à laquelle les deux chargés de mission royaux (Patrick Dewael et Sabine Laruelle) s’étaient attelés. Il semble que ce soit l’exigence de la N-VA d’occuper la poste de premier ministre et sa volonté de négocier une nouvelle réforme de l’État qui ait poussé le parti socialiste à renoncer à former un nouveau gouvernement fédéral avec les nationalistes flamands. La façon dont le PS apporterait son soutien doit encore être précisée. Les socialistes sont en tout cas disposés à apporter leur aide depuis les bancs de l’opposition.

L’apport des voix du PS, même avec celles du SP.A, ne suffira pas à assurer une majorité au gouvernement fédéral actuel, démissionnaire et minoritaire. Les voix de la famille écologiste seront donc aussi nécessaires. Une perspective que le coprésident d’Ecolo, Jean-Marc Nollet, a engagé sur le plateau de RTL.

Car, de son côté, la N-VA n'entend pas apporter son soutien au gouvernement actuel. "Nous avons besoin d'un gouvernement de pleine compétence, limité en nombre, dans le cadre d'une mission et d'une composition limitées... Nous sommes le plus grand parti du pays. De quel droit les francophones nous mettent-ils des ukases", a affirmé Jan Jambon (N-VA), ministre-président du gouvernement flamand à "De Zevende dag" (VRT). Le n°1 flamand estime que les six partis qui ont été réunis par les chargés de mission samedi soir (PS, SP.A, N-VA, MR, Open VLD et CD&V) doivent poursuivre leur discussion et aboutir à former une majorité ensemble.