Les syndicats rejettent l'idée avancée par le président de la N-VA Bart De Wever de lier l'âge légal de la pension à l'espérance de vie. "C'est du darwinisme: la loi du plus fort", s'est insurgé le président de la CSC Marc Leemans. "Les gens ne vivent pas en bonne santé jusqu'à la fin de leurs jours", rappelle le président du syndicat chrétien. "Et les personnes moins diplômées ont en moyenne une espérance de vie en bonne santé inférieure. Ceux qui ont un travail difficile, qui se lèvent tôt et qui n'ont souvent pas de deuxième ou de troisième pilier se retrouvent les dindons de la farce. La N-VA a une vision darwiniste de la société et se range du côté des plus forts."

Marc Leemans renvoie à la réforme des pensions aux Pays-Bas. "Avec le gouvernement libéral de Mark Rutte, celui qui a 18 ans aujourd'hui devra travailler jusqu'à 71,3 ans. Ce n'est pas tenable", affirme-t-il, pointant l'augmentation des maladies de longue durée chez nos voisins du nord.

Le syndicat socialiste désapprouve également l'idée. "L'espérance de vie en bonne santé se situe à 63,5 ans pour un homme et 64,1 ans pour une femme. Elle est donc déjà aujourd'hui inférieure à l'âge légal de la pension", souligne le secrétaire fédéral de la FGTB Raf De Weerdt, sur base des chiffres Eurostat de 2017. "Pour les personnes moins diplômées, cette espérance de vie en bonne santé est même inférieure à 64 ans."

"Ceux qui veulent travailler au-delà de 67 ans n'ont qu'à voter N-VA le 26 mai", ironise pour sa part Mario Coppens, du syndicat libéral CGSLB. "Elle (La N-VA) ne prévoit aucun moyen supplémentaire pour les pensions, mais continuera les réductions de charges pour les entreprises."