Le bourgmestre de Bruxelles, Philippe Close (PS), avait assuré que la police interviendrait en cas de troubles à l'ordre public lors de La Boum 2 qui se tenait ce samedi au Bois de la Cambre. Les participants étaient rassemblés depuis quelques bières lorsqu'un défilé de fourgonnettes de police prenait place aux abords de la plaine du Bois de la Cambre. En outre, des canons à eau et la cavalerie étaient déployés. Le dispositif policier était très impressionnant.

Alors que le calme n'est pas encore tout a fait rétabli au Bois de la Cambre, Philippe Close était l’invité du journal télévisé de 19h30 de la RTBF. Il est revenu sur la gestion des manifestations ce samedi à Bruxelles, où la culture et les syndicats manifestaient également ce jour.

"On peut se féliciter parce que la plupart des manifestations se sont bien passées, il y a juste eu ce qu’il s’est passé au bois de la Cambre. Beaucoup de personnes ont entendu notre appel à ne pas s’y rendre. On avait quelques centaines de personnes, beaucoup moins que pour la Boum 1. Malheureusement ça a dégénéré à un moment donné et on a dû intervenir. Mais sur la dizaine d’événements qui avaient lieu aujourd’hui, dans la grande majorité tout s’est bien passé", assure le socialiste.

Par téléphone, le bourgmestre a dressé un premier bilan de cette journée agitée dans la capitale. "Pour l’instant il y a une personne qui a dû être évacuée après avoir été touchée par un jet d’eau et il y a deux blessés légers chez les forces de l’ordre. Il y a également une quinzaine d’interpellations administrative, mais c’est vrai qu’il y a encore quelques mouvements au bois de la Cambre. Le reste se fait dans le dialogue. Il y a aussi une arrestation judiciaire d’une personne qui avait du matériel prohibé", annonce-t-il.