A quelques heures d'un Codeco très important, Pierre-Yves Jeholet a tout d'abord voulu éclaircir plusieurs points. "Avant de parler des vacances, il faut se dire que le Comité de concertation va d'abord confirmer les mesures qui datent du 11 mai avec ce déconfinement et ces ouvertures des salle de spectacle, de fitness, de cinéma, des entraînements sportifs, des camps de jeunesse pour l'été... Il faudra donc d'abord confirmer tous ces points."

Des mesures moins strictes possibles grâce au respect de deux conditions. Depuis la semaine passée, il y moins de 500 patients en soins intensifs et 80% des plus de 65 ans et des personnes à risque vaccinées. De quoi réjouir Pierre-Yves Jeholet. "Les chiffres sont vraiment bons et nous pourrons donc acter ces mesures."

Au sujet de tests PCR qui ne seront pas gratuits pour tous, le politicien se défend. "De plus en plus de pays autour de la Belgique deviennent des zones vertes où il ne faut pas faire de test PCR et où il ne faut pas faire de quarantaine. Par contre, le certificat européen que nous allons mettre en place à partir du 1er juillet va faciliter les voyages. On ne pourra pas interdire à quelqu'un qui n'a pas fait de test ou qui n'a pas de certificat de voyager. Mais le but est de faciliter les chose dans l'UE. Il faudra par contre une harmonisation dans ce certificat, à savoir si on l'obtient après une ou deux doses. Beaucoup de pays plaident pour deux doses et la Belgique aussi."

Tests PCR: "Il ne faut pas pénaliser les jeunes"

Les personnes n'ayant reçu qu'une seule dose auront donc le droit de passer un test PCR gratuit 72 heures avant leur départ. "C'est l'Etat fédéral qui va payer cela. Il ne faut pas à nouveau stigmatiser les jeunes. Il faut penser à eux qui n'ont pas encore eu la chance d'avoir reçu la moindre dose car ils sont au bout de la liste et il ne faut pas les pénaliser. C'est pourquoi nous voulons accorder la gratuité des tests PCR. Mais il ne faut pas oublier que la gratuité n'existe pas et qu'elle a un coût, donc il faut un équilibre dans la population", explique Pierre-Yves Jeholet.

Concernant l'Horeca, ce dernier plaide pour une fermeture à 23h30 des établissements, que ce soit à l'intérieur ou à l'extérieur, contrairement à un certain Elio Di Rupo (PS) qui est contre cette mesure. "J'ai été très clair avec cette heure de 23h30 pour laquelle je plaide. Je sais également que les experts ne plaident pas pour cette heure de 23h30 mais c'est encore le politique qui décide. J'espère que nous pourrons avoir un débat serein et un consensus. L'uniformisation de l'heure de fermeture arrivera un jour. Je ne sais pas si ce sera le 9 juin mais j'espère que ce sera le plus vite possible en tout cas."


Concernant les experts, Pierre-Yves Jeholet tient à souligner leur rôle mais il rappelle également que ceux-ci ne sont que de passage. "Les experts sont très utiles mais ce sont les experts politiques qui doivent décider. Contrairement aux experts, les politiciens seront toujours là dans un, deux, trois ans et nous devrons assumer les décisions que nous avons prises."

Pierre-Yves Jeholet a également indiqué qu'un nouveau Comité de concertation aurait lieu le 11 juin prochain afin de décider ce qu'il se passera pendant les grandes vacances au niveau des assouplissements.

Concernant le port du masque, le Ministre-Président de la Fédération Wallonie-Bruxelles veut également des assouplissements. "On va probablement devoir encore vivre un certain temps avec le masque mais à partir du moment où nous aurons une immunité collective, je pense que le port du masque deviendra un vrai débat. Comme le port du masque à l'école par exemple. C'est une question qui devra être mise sur la table. C'est une chose contraignante pour les professeurs et les élèves et moi je plaide pour qu'il n'y ait plus de masque à la rentrée scolaire prochaine si les indicateurs le permettent."