Le gouvernement bruxellois se réunissait, ce jeudi matin, pour une réunion délicate : faut-il, oui ou non, interjeter appel de la décision concernant le port du voile à la Stib.

La sortie du président de Défi, François De Smet qui menaçait de quitter le gouvernement en cas de désaccord n’a pas facilité les discussions de ce matin.

“Certains regrettent la charge de DéFi qui n’est pas très constructive pour le débat. Mais chaque parti a défendu sa position dans une discussion sereine malgré tout”, confie une source.

Une discussion sereine qui permet d’aboutir… à une non décision. Incapable de trancher, le gouvernement bruxellois a décidé de faire rapport de l'état des discussions aux présidents de parti. Les membres de l'exécutif bruxellois doivent ensuite se revoir pour poursuivre les débats dans le délai de 20 jours qui leur ait accordé.

Les différents partis auront du mal à trouver une position commune. Il se peut donc que ce soit la Stib qui doive se prononcer, elle-même, sur la possibilité de faire appel de la décision de justice.