Lundi dernier, le conseil communal de Molenbeek a voté une motion ouvrant la voie à la neutralité inclusive (ou "neutralité d’ouverture") autorisant selon des critères encore à définir le port de signes religieux dans l’administration communale. Il s'agit de permettre l’engagement, parmi les fonctionnaires de la commune, de personnes affichant des signes religieux, en l’occurrence le voile islamique. Ce texte avait été déposé par les élus socialistes (PS-SP.A), la force politique dominant la commune bruxelloise (pour rappel, Catherine Moureaux en est la bourgmestre). Le MR local, pourtant partenaire de majorité du PS, avait voté contre cette motion.

"Très grave précédent"

Ce dossier sensible prend désormais une tournure nationale. Le président des libéraux francophones, Georges-Louis Bouchez, veut empêcher que de telles initiatives puissent être prises à l'avenir. "Le vote intervenu lundi à Molenbeek introduit un très grave précédent par rapport au statut de neutralité des services publics, explique-t-il. Le MR prône l'inclusion et la tolérance mais rien ne peut remettre en cause le principe constitutionnel de neutralité. Que dirait-on si un fonctionnaire affichait des signes convictionnels d'autres religions ou affichait ses convictions politiques ? Le MR va donc déposer un texte au niveau du parlement bruxellois afin de réaffirmer la neutralité des services publics et interdire à l'avenir que de telles initiatives soient prises par les communes bruxelloises."

Pique au PS bruxellois

A l'égard du comportement du PS, le leader libéral s'interroge : "Le PS bruxellois et son président Ahmed Laaouej vont devoir préciser leur positionnement et trancher la question du port du voile. Le moment est venu."