Au détour de l’évocation de son Traité du droit de l’insolvabilité, bible de 1 900 pages destinée aux professionnels du droit et du chiffre, l’avocat Alain Zenner, ancien secrétaire d’État et chef de cabinet MR, évoque l’élection pour la présidence du parti. 

"Les entreprises craignent le candidat Bouchez , dit-il. Un dirigeant important me le confirmait au lendemain du premier tour. On ne le trouve pas sérieux. Et la base du parti ne va pas y retrouver son compte. Il a certes de la tchatche mais manque d’expérience. Je crois d’ailleurs que le monde de l’entreprise ne doit pas être le seul à craindre l’arrivée de Bouchez. Voyez ce qui se passe en Flandre dans le monde de la culture : ça ne se passera pas avec Ducarme, qui lit, aime le cinéma, le théâtre…"