Pour former le prochain gouvernement fédéral, "on doit trouver un accord avec le PS car nous sommes les 2 plus grands partis du pays", a affirmé Theo Francken, mercredi matin, sur LN24.

"On ne doit pas s'aimer mais on doit être professionnel. Nous avons négocié pendant 8 mois avec Paul Magnette et Elio Di Rupo. C'était toujours correct. Il n'y a jamais eu de bagarre car on sait qu'un jour, on devra trouver un accord", a expliqué le député nationaliste.

"Les gens qui pensent que la N-VA va reculer et que le PS va disparaître, se trompent. On doit prendre nos responsabilités", a-t-il ajouté avant de rappeler que la grande majorité des bourgmestres N-VA, interrogés par le parti, estiment qu'un gouvernement alliant PS et N-VA est la seule option possible.

"Je voudrais que les socialistes aient demandé la même chose à leurs bourgmestres. Mais le PS n'a pas préparé les siens à un accord avec nous et aujourd'hui, ils ne sont pas dans un état mental permettant de le faire", a poursuivi l'ancien secrétaire d'Etat à l'asile et la migration.

Quant à l'éventualité d'un gouvernement fédéral minoritaire au nord du pays, "c'est un grand risque pour la stabilité de la Belgique - moi je ne m'en préoccupe pas - mais ceux qui l'aiment n'ont pas pris leurs responsabilités", a encore souligné M. Francken en plaidant à nouveau pour le confédéralisme.

Un modèle qui permettrait notamment, selon lui, de mieux faire face à l'épidémie de coronavirus. "On fait un modèle confédéral. Le pays continue à exister mais avec seulement 2 ministres de la Santé - un flamand et un francophone", a-t-il conclu.