Mais pourquoi donc le préformateur et président du SP.A Conner Rousseau, en pleine négociation pour la formation d’un gouvernement fédéral, a-t-il choisi de rendre public, mercredi, le nouveau nom de son parti ? Un informateur assure que le socialiste n’avait pas le choix. Il fallait faire vite parce que les libéraux flamands, eux aussi occupés à penser à un changement d’appellation auraient jeté leur dévolu sur… le même nom : Vooruit !

Que les libéraux et les socialistes se rejoignent sur le même nom en dit long sur les motivations qui guident cette volonté de changement. Pas besoin d’être linguiste pour trouver dans le vocable Vooruit ("En avant") des ressemblances avec des cas étrangers. Vooruit, cela ressemble fort à (La République) en Marche d’Emmanuel Macron ou à Forward !, le slogan d’Obama lors de la dernière campagne des présidentielles aux USA. Cela renvoie aussi à Avanti, l’appellation proposée par Joachim Coens, le président du CD&V, dans sa tentative de rebaptiser la - probable future - coalition Vivaldi .

Pas content, le Vooruit à Gand

Approuvé par 600 élus locaux et les huiles du parti lundi, le nouveau nom ne fait pas que des heureux. À Gand, la direction du Vooruit, l’ancienne salle de fête des socialistes qui est actuellement une salle de spectacle de renommée internationale, estime que le nom "Vooruit" appartient depuis 40 ans au centre artistique éponyme. La direction du centre gantois a fait savoir au parti socialiste flamand que ce nouveau nom risque de semer la confusion et peut nuire à sa propre réputation artistique. Jeudi, sur les ondes de Radio 1, Conner Rousseau a minimisé le problème. Comme on ne sait jamais, le parti a quand même son plan B. Ils ont imaginé (et fait enregistrer) une version allongée de Vooruit : www.bewegingvooruit.be