En novembre 2018, le centre d'études "Jean Gol" du Mouvement Réformateur sortait une analyse concernant l'e-sport en Belgique. Intitulée "L'e-sport en Belgique, quelles perspectives et quels enjeux ?", celle-ci visait à mettre en lumière les opportunités, notamment économiques, offertes par cette pratique. Le président du MR Georges-Louis Bouchez accorde d'ailleurs une importance particulière à ce sujet.


Un utilisateur attentif de Twitter a décidé de creuser un paragraphe en particulier qui mentionnait que "selon une étude menée par un chercheur de Niort, un enfant disposant d’une console chez lui a 4 fois moins de chances de redoubler que les enfants qui ne jouent pas aux jeux vidéos". Après une brève recherche sur Internet, celui-ci a remarqué que non seulement l'Institut d'études pédiatriques de Niort n'existait pas mais également que le chercheur en question s'appelait Gérard Astreau, alias G. Astreau.


En fait, l'article provient de Scientists of America qui n'est pas un site scientifique mais un projet artistique de Jean-Noël Lafargue, un ancien administrateur de Wikipédia. "Le mode d’emploi est simple. Vous avez besoin qu’une information existe ? Pas de problème, vous n’avez qu’à nous la soumettre et nous nous chargeons ensuite d’écrire l’article qui lui correspond", peut-on lire sur le site. Une manière pour l'auteur de montrer l'importance de la validation des sources et de la vérification. "En employant un certain ton, on peut facilement transformer une information douteuse en vérité encyclopédique", expliquait-il sur le site de Libération en 2007.

À côté de cet article, on peut également retrouver d'autres titres farfelus tels que "Les femmes qui ont un chat sont en moyenne célibataires 8 ans de plus que les autres", "Les gens qui ont les yeux bleus aiment les films allemands" ou encore "Fumer permet d’éviter le cancer du non-fumeur".