Suite à la démission de Jacqueline Galant, le président du MR a désormais la sensible tache de désigner un nouveau ministre de la Mobilité et des Transports.

En concertation avec Charles Michel, qui Olivier Chastel va-t-il désigner ?

Trois noms se dégagent !


© IPM


Tout d'abord, Denis Ducarme. Le chef de groupe MR au Parlement fédéral a déjà prouvé sa maîtrise des dossiers et ne cache pas son envie de gérer un département ministériel. Il n'aurait aucune difficulté à reprendre un portefeuille en cours de législature. Cependant, le député MR est satisfait de sa fonction actuelle et son remplacement à la tête du groupe par le député David Clarinval ne serait pas forcément sans conséquences. L'homme est aujourd'hui capable de faire entendre la position du MR -avec l'assurance qu'on lui connaît- dans tous les dossiers fédéraux, même les plus sensibles. D'autre part, ce spécialiste en Défense et antiterrorisme pourrait avoir du mal à quitter son poste pour un portefeuille ministériel explosif et éloigné de ses thèmes de prédilection.

Ensuite, Jean-Luc Crucke. Le bourgmestre de Frasnes-lez-Anvaing était déjà cité parmi les ministrables lors de la formation du gouvernement. Mais cette forte personnalité n'avait finalement pas pu franchir la ligne d’arrivée du casting MR de la "suédoise". En cause : la répartition des portefeuilles entre "reyndersiens" et "micheliens" et en fonction des origines géographiques (voir ici). Son ambition de décrocher un poste ministériel ne fait aucun doute, même s'il pourrait ne pas avoir envie de décrocher une compétence aussi sensible. Autre avantage pour un poste au fédéral, Jean-Luc Crucke est bilingue.

Mais nous pourrions également assister à une surprise : la désignation de François Bellot, énarque (oui, diplômé de la célèbre Ecole Nationale de l'Administration française ENA). L'actuel député du Parlement de la Fédération Wallonie Bruxelles avait présidé la Commission spéciale "Sécurité du rail" après l’accident de Buizingen en 2009. Ce bourgmestre de Rochefort (Namur) suit en outre de très près les dossiers relatifs à la SNCB et aux infrastructures aériennes. En d'autres mots, il pourrait entrer dans ses fonctions en peu de temps, ce qui est un avantage certain dans un dossier aussi sensible que la Mobilité, les retards du RER, mais aussi le survol de Bruxelles.

Jean-Luc Crucke et Denis Ducarme étant tous deux des Hennuyers, ils partent avec une longueur d'avance car leur nomination permettrait de respecter les équilibres régionaux considérés comme indispensables pour maintenir la bonne entente en interne dans chaque parti politique... On notera cependant qu'Olivier Chastel et Marie-Christine Marghem représentent déjà le Hainaut au sommet du MR. Cela dit, la province de Namur n'ayant pas de poste très visible, la nomination d'un Namurois permettrait de combler ce trou.

Deux autres possibilités

Un autre nom, également cité à plusieurs reprises, est celui de Valérie De Bue, députée wallonne. Seul hic, ce serait un nouveau visage du Brabant wallon, déjà bien servi avec Charles Michel au 16 rue de la Loi.

Une source nous affirme qu'il n'est pas exclu que Willy Borsus reprenne la Mobilité et qu'il soit remplacé aux Classes moyennes par Georges-Louis Bouchez... député wallon sortant suite au retour de Jacqueline Galant au Parlement wallon.

Pendant ce temps au cdH

Du côté du cdH, on espère qu'Olivier Chastel ne sortira pas le nom du remplaçant de Jacqueline Galant avant que Benoît Lutgen ne dévoile enfin son casting pour remplacer Joëlle Milquet à la Culture et à l'Education.