La conséquence des dernières décisions du Conseil national de sécurité sur les milieux d'accueil de la petite enfance est que cet accueil ne sera à partir du 4 mai plus considéré comme réservé aux enfants dont les parents travaillent en première ligne ou qui n'ont pas d'alternative à la garde de leurs enfants, a indiqué lundi la ministre francophone Bénédicte Linard.

"Tous les enfants doivent pouvoir être accueillis progressivement, en tenant de compte de la capacité organisationnelle des milieux d'accueil, et sans distinction", affirme la ministre Ecolo dans un communiqué, à la suite d'une réunion avec les fédérations du secteur, les syndicats, les représentants des familles et l'ONE.

Elle insiste pour que ce retour des enfants dans leur milieu d'accueil se fasse dans des conditions sanitaires optimales. "Aucun risque ne sera pris ni pour la santé du personnel d'accueil ni celle des enfants".

Face au grand nombre de questions pratiques, notamment au vu de la proximité et des contacts entre le personnel accueillant et les enfants, des recommandations sanitaires seront communiquées dans le courant de cette semaine, selon la ministre.

Des actions ont été entreprises afin de fournir dès le 4 mai du matériel d'hygiène (masque en tissu, gel hydroalcoolique) complémentaire aux mesures de protection en vigueur depuis le début de la crise.

Concernant la participation financière des parents et les aides financières aux milieux d'accueil, des décisions sont aussi attendues dans le courant de cette semaine. Il s'agit de tenir compte de la période intermédiaire du 4 au 17 mai caractérisée par une reprise progressive des activités des milieux d'accueil.

L'ONE devra veiller à identifier les besoins individuels des milieux d'accueil jusqu'à six mois après la levée des mesures de confinement. L'objectif pour la Fédération est d'éviter toute faillite et de maintenir l'ensemble des places d'accueil dans tous les types de milieux, souligne Bénédicte Linard.

Les modalités de reprise des activités tiendront compte des réalités des différents milieux d'accueil. "Il est important notamment de laisser aux milieux d'accueil la capacité de déterminer certains éléments pratiques comme les horaires d'accueil, en fonction notamment de la nécessité d'éviter des contacts prolongés avec et entre parents, ou encore la manière dont la familiarisation peut s'organiser."