Ce mardi, le bourgmestre d'Ostende Bart Tommelein (Open-VLD) a annoncé que la ville travaillerait avec un système de réservations pour les parties les plus populaires de sa plage. (Les détails ici).

Mais cette annonce n'a guère plu aux autres bourgmestres des villes côtières, qui ont réagi dans la presse flamande. Le bourgmestre de Middelkerke Jean-Marie Dedecker a ainsi évoqué au Het Laatste Nieuws un plan "discriminatoire". “Tout le monde est le bienvenu sur la plage de Middelkerke, sans réserve. Nous ne faisons aucune distinction entre un travailleur qui souhaite venir ici pour une journée et quelqu’un qui passe une semaine dans un hôtel cinq étoiles.” Jean-Marie Dedecker n'oublie pas toutefois l'importance d'éviter des attroupements de masse: “Nous sommes également en train de réfléchir à un système pour surveiller l’occupation des plages et éviter les problèmes. Mais sans discrimination envers les touristes d’un jour.”

A Knokke, le bourgmestre Leopold Lippens, qui était dernièrement l'Invité du samedi de La Libre, y est lui aussi allé de son petit tacle: “Tommelein n’a jamais représenté la Côte et ne le fera jamais", assure-t-il à HLN. Qu’il fasse ce qu’il veut de sa plage. La nôtre reste ouverte à tous. Nous suivons les directives du gouvernement fédéral, pas celles d’un populiste qui annonce juste quelque chose sans savoir comment les mettre en pratique”.

La bourgmestre N-VA de Blankenberge Daphné Dumery reste quant à elle un peu plus prudente face à cette annonce de Tommelein, croisant les doigts pour ne pas devoir en arriver à demander des réservations. “J’espère bien que non. Je suis d'ailleurs curieuse de savoir si ce plan est réalisable et viable financièrement. Quoi qu'il arrive, à Blankenberge, nous serons prêts quand il y aura du monde”, promet-elle toutefois.