La Première ministre du gouvernement fédéral en affaires courantes Sophie Wilmès est plutôt sceptique quant aux chances de constituer un gouvernement provisoire, piste remise sur le devant de la scène, dimanche, par le président du PS Paul Magnette.

"Il est toujours intéressant de réfléchir à un plan B mais c'est l'option A qui doit primer", soit un gouvernement de plein exercice, a-t-elle affirmé mercredi matin, interrogée par la Première (RTBF), depuis Davos (Suisse), où la Première ministre participe au sommet économique mondial. Mme Wilmès a ajouté ne pas s'expliquer comment on arriverait à constituer un gouvernement provisoire, si on n'est pas capable d'en constituer un de plein exercice.