Groen a présenté lundi à Malines ses neuf priorités en vue des élections fédérales et régionales du 26 mai. 

Parmi celles-ci, le parti écologiste flamand plaide pour plus de professeurs, plus de moyens pour des soins sur mesure, un salaire net plus élevé pour les bas et moyens revenus, des allocations sociales et des pensions plus importantes, un changement radical vers une société neutre en carbone et de meilleurs investissements dans les transports en commun. Pour financer ces réformes, Groen envisage notamment de demander une contribution aux grosses fortunes et de dépoussiérer l'idée d'un registre qui les recense. La présidente de Groen Meyrem Almaci et les chefs de groupe au fédéral et à la Région flamande Kristof Calvo et Björn Rzoska ont symboliquement signé lundi un "contrat avec le citoyen".

Les neuf "promesses" du parti "sont les priorités que nous mettront sur la table" lors des prochaines négociations gouvernementales, a déclaré Meyrem Almaci. "Chaque voix comptera pour réaliser" ces engagements. La présidente de Groen a rappelé lundi sa préférence pour une coalition progressiste mais s'est dite prête à négocier avec tout le monde sauf le Vlaams Belang. "Nous n'écartons personne mais préférons mettre l'accent sur ce qui nous lie."

Les affiches de campagne des écologistes flamands reflètent cet état d'esprit: aucun membre du parti n'y figure. À la place sont représentés des citoyens "qui recherchent un partenaire de gouvernance". Ici un infirmier et un patient qui "partagent l'espoir de soins de santé de qualité", là un professeur et un élève qui "peuvent chacun faire plus avec un peu de renfort en classe".

Groen veut en outre instaurer un salaire net plus élevé et financer cette mesure par une contribution des grosses fortunes du pays sur base d'un registre qui les recense. "Seuls ceux dont la richesse dépasse le million d'euros paieront plus", a précisé Kristof Calvo.