Il y a quelques jours, un sondage prédisait une chute de la N-VA en Flandre. Et voilà que le Baromètre La Libre/RTBF/Dedicated montre au contraire une hausse de 2.7%. Comment expliquer une telle différence? LaLibre.be a posé la question à Marc Dumoulin, responsable de l'institut Dedicated.

 

Comment expliquez-vous que notre Baromètre indique une hausse de 2.7% de la N-VA, alors qu’un sondage Ipsos annonçait sa chute il y a à peine une semaine ?

Il faut savoir que la manière avec laquelle les chiffres sont restitués n’est pas la même des deux côtés. Alors que Dedicated avance des résultats ‘bruts’ avec un redressement classique, Ipsos lisse ses chiffres en corrigeant ses résultats en fonction de ce qu’ils appellent leur ‘boîte noire’. Je ne comprends pas comment ils ont lissé leurs chiffres pour obtenir une baisse de la N-VA. Dès lors, je cherche la variation selon la période de réalisation du sondage : il a été effectué environ 15 jours avant notre Baromètre, à un moment où il y avait quelques dissensions internes à la N-VA et d’autres lacunes mises en avant par ce parti.

 

La N-VA en progression, cela ne fait aucun doute ?

Je suis certain de nos estimations d’une N-VA en hausse et à 35%, d’autant que notre échantillon est plus large et tient également compte de l’intervention remarquée de Siegfried Bracke qui mettait la priorité sur le plan socio-économique. Cette sortie a pu avoir un effet positif pour la N-VA, un positionnement qui était moins affirmé quelques jours avant. Je m’explique la variation de résultats par cette différence, d’autant que les autres tendances sont vraiment comparables d’une étude à l’autre.

 

Dans le Baromètre de La Libre, Bart De Wever reste largement plus populaire que Kris Peeters en Flandre, contrairement au sondage Ipsos.

Oui, mais Peeters fait une vraie et belle remontée de 4%. La tendance est clairement là, d’autant qu’en popularité, 4 points, c’est énorme… et cela est en ligne avec la progression actuelle du CD&V. De plus, la question qui porte sur la popularité des politiques n’est pas formulée de la même manière. Ce qui me frappe, c’est qu’un parti qui s’écroule entraine en général des ténors dans sa chute… ce n’est pas du tout le cas dans les derniers sondages.

 

Entretien: Dorian de Meeûs