La Première ministre Sophie Wilmès a fait samedi l'éloge du "multilatéralisme efficace" face aux défis auxquels doit faire face le monde et aux enjeux majeurs du 21e siècle, assurant que pour la Belgique l'attachement à cette forme de coopération internationale "fait partie de son ADN". "Aucun des défis communs (...) ne peut être abordé dans l'isolement. Aucun de ces problèmes complexes n'a de solutions simples", a-t-elle affirmé lors d'un discours prononcé virtuellement - comme le font cette semaine quelque 180 dirigeants des 193 pays de l'ONU -, devant la 75e Assemblée générale des Nations unies.

"Nous n'avons pas d'autre choix que d'unir nos forces, quitte à repenser les évidences voire à changer nos paradigmes. Mais toujours, dans le respect des principes de la Charte" fondatrice des Nations unies, signée à San Francisco le 26 juin 1945, a ajouté la cheffe du gouvernement fédéral.

"Le multilatéralisme ne fonctionne pas par essence, il fonctionne parce qu'il y a une volonté commune de le faire fonctionner. C'est bien lorsque sa pertinence est questionnée que le multilatéralisme révèle son caractère indispensable", a poursuivi Mme Wilmès.

"Aujourd'hui plus que jamais, nous avons besoin d'un multilatéralisme efficace. Jamais comme un objectif en soi. Toujours comme un moyen de s'attaquer aux problèmes dont nous faisons tous partie, d'une manière ou d'une autre. Comme moyen de prévenir les crises de front", a-t-elle encore dit.