Pour organiser la relance économique après la crise du coronavirus, la Première ministre Sophie Wilmès a plaidé jeudi sur LN24 en faveur d'un gouvernement fédéral disposant d'una majorité en son sein.

"On sera beaucoup plus stable si on est capable d'organiser la relance avec un gouvernement qui a, en son sein, une majorité pour pouvoir travailler de manière plus efficace", a déclaré la libérale francophone. "Quand nous serons sortis de cette crise sanitaire aiguë, c'est quelque chose qu'il faut clairement envisager."

Actuellement, le gouvernement fédéral, composé du MR, de l'Open Vld et du CD&V, ne dispose que de 38 sièges sur les 150 que compte la Chambre. Il a toutefois obtenu le mois dernier la confiance ainsi que des pouvoirs spéciaux à la faveur du soutien des autres partis, à l'exception du Vlaams Belang et du PTB. la N-VA, elle, n'a pas voté la confiance mais a soutenu les pouvoirs spéciaux.

Pour Sophie Wilmès, cette situation ne peut être que provisoire. "J'estime que la relance économique, c'est certes urgent, mais ce n'est plus de la gestion urgente de crise. Nous disposons d'une majorité parlementaire, nous avons la confiance et nous avons même des pouvoirs spéciaux. Très bien. Mais la situation décisionnelle dans laquelle nous nous trouvons n'est pas la plus évidente et la plus stabilisée pour pouvoir remettre la Belgique sur les rails de manière stable. J'en appelle, si c'est possible, à nouveau, à ce que l'on puisse avoir un gouvernement qui, en son sein, dispose d'une majorité. Si certains sont en mesure de faire suffisamment de compromis pour trouver un accord général, je pense que ce serait, quand on sera sorti de la crise sanitaire aiguë, quelque chose qu'il faut clairement envisager."