"Huit Belges sur 10 ont l'intention de retourner dans un café ou un restaurant dès leur réouverture, selon un sondage publié par Edenred. Et je compte bien en faire partie. Je serai au restaurant lundi, ne fut-ce qu'en signe de soutien", a promis jeudi la Première ministre Sophie Wilmès (MR), répondant aux questions des députés en séance plénière de la Chambre.

"Rassurez-vous, je réserverai. Je cherche encore les dix personnes de ma bulle élargie", a-t-elle ajouté. "Mais vous ne faites pas encore partie de cette bulle élargie, malgré toute l'amitié que je vous porte", a-t-elle lancé sous les rires des députés à l'adresse d'Ahmed Laaouej (PS), qui l'interpellait.

Au-delà de ce rare moment de légèreté depuis que la pandémie de coronavirus (Covid-19) s'est déclarée, la Première ministre a rappelé que les mesures "pour atterrir le plus rapidement possible à un plan de soutien", notamment pour le secteur Horeca, devaient encore être approuvées par le kern élargi. Cette réunion, qui rassemble les dix partis qui soutiennent le gouvernement fédéral minoritaire, aura lieu samedi. Les mesures attendues, déjà approuvées par le gouvernement, portent notamment sur la réduction de la TVA sur les services et les boissons ou encore la déductibilité à 100% des frais réels de restaurant.

Sophie Wilmès a également répondu à Raoul Hedebouw (PTB), qui l'interrogeait sur le maintien de l'interdiction des manifestations. L'élu communiste soupçonnait le gouvernement de vouloir profiter de la crise du Covid-19 pour museler la contestation sociale. "C'est énorme et ce n'est pas digne", a répondu la Première ministre. "Les rassemblements que vous évoquez pourraient réunir jusqu'à des milliers de personnes qui, si elles devaient être contaminées, ne sauraient pas se retourner pour faire du testing et du tracing. Il en va aussi du respect du personnel soignant, que vous prétendez défendre, à qui on veut éviter un nouveau rebond."