Le MR organisait ce dimanche le "Libre Débat", un événement 100% digital à l'issue duquel plusieurs personnalités de la famille libérale étaient invitées à s'exprimer.

Aux alentours de 17h, Sophie Wilmès a pris la parole. Après avoir évoqué les grandes lignes pour le futur de son parti, la Première ministre a abordé les négociations fédérales toujours en cours et a insisté sur l'urgence que la formation d'un gouvernement fédéral représente: "Aujourd’hui il est grand temps qu’une nouvelle équipe fédérale soit constituée".

Elle a souligné le travail accompli jusqu'ici: "Bien entendu, le gouvernement actuel a travaillé sans relâche - dans l’intérêt de tous - et ce malgré les innombrables difficultés. Nous continuerons d’ailleurs à le faire avec exigence et conviction - le temps qu’il faudra. Vous pouvez compter sur nous".

Mais elle a également montré son impatience: "Ce dont notre pays a besoin prioritairement, c’est d’une équipe fédérale qui détient une majorité stable en son sein. Une équipe capable de proposer et de concrétiser avec le parlement une stratégie de redéploiement ambitieuse".

La Première ministre est revenue sur les événements des derniers jours, après la contamination du préformateur Egbert Lachaert au coronavirus: "Malheureusement - ici aussi – le COVID s’est invité à la table et a bouleversé le calendrier des négociations. Les présidents des partis concernés ont donc proposé au Roi et au gouvernement en place un nouveau scénario. Ils nous ont demandé de rester en place jusqu’au 1er octobre, les exigences liées à la gestion de crise nécessitant un gouvernement de plein exercice pendant cette nouvelle quinzaine".

Sophie Wilmès a enfin réaffirmé sa disponibilité pour la suite des activités politiques du pays: "Profondément attachée à la parole donnée, je reste à la disposition du Parlement qui décidera à une majorité de ses députés s’il partage cette volonté".