Réuni à l'initiative de la Première ministre Sophie Wilmès, le comité de concertation regroupait des experts du GEES (Groupe d’Experts de l’Exit Strategy), les représentants de Sciensano, du RMG et du Centre de Crise ainsi que les responsables sanitaires régionaux. A l'issue de la réunion les autorités ont fait savoir que le Conseil National de Sécurité aura lieu jeudi 23 juillet, comme prévu initialement.

"L'objectif de la réunion aujourd’hui, c'était d'abord de faire le point", a déclaré Sophie Wilmès au micro de la RTBF à la sortie du conseil. La recrudescence du nombre de cas de coronavirus en Belgique inquiète les experts qui n'ont cessé de rappeler à maintenir la vigilance ces derniers jours.

"La situation épidémiologique n'évolue pas favorablement, on l'a vu", a reconnu la Première ministre. Ce pourquoi elle a tenu à ce que les responsables du tracing dans les régions soient présents aujourd'hui pour qu'ils puissent "expliquer ce qu'il se passe réellement", a-t-elle rapporté.

Des nouveaux cas localisés

Les nouveaux cas de Covid-19 se développent "surtout dans des zones assez limitées", a précisé Sophie Wilmès. Il s'agit de contaminations familiales, ou des contaminations suite à des fêtes.

C'est pour cette raison que le CNS n'a pas été avancé. "Ça ne demande pas aujourd'hui des mesures supplémentaires au niveau du Conseil National de Sécurité", a estimée la Première ministre. "Il s'agit ici de situations plus localisées qui n'exigent pas ce type d'intervention à ce stade-ci"

Mais la libérale a tenu à rappeler l'importance de continuer de suivre les règles sanitaires. "Il y a une tendance à ne plus respecter les règles telles qu'elles sont établies, et ça c'est un danger individuel et collectif", a-t-elle constatée.

"Les règles sont là non seulement pour être suivies mais elles sont surtout là pour protéger la population dans son ensemble", termine la Première ministre.