Invitée sur le plateau de la Première, Sophie Wilmès a d'abord été interrogée sur la situation préoccupante en Palestine. "Nous avons pris contact avec plusieurs pays préoccupés par ces affrontements. Je devais m'entretenir avec mon homologue israélien, mais malheureusement, vu l'actualité, la rencontre a dû être annulée. "
 
La Belgique envisage-t-elle des sanctions par rapport à ces actes ? Sophie Wilmès espère ne pas devoir en arriver là. "Les sanctions, c'est une voie possible mais ce n'est pas la première que l'on prend. Et surtout, c'est une décision qui ne peut être prise qu'au niveau européen".  
 
La ministre espère surtout que nous ne sommes pas arrivés à un point de non-retour. "Ce qui s'est passé cette nuit, ces pluies de roquettes sur des civils, c'est extrêmement inquiétant (...). La première urgence est de calmer la situation", déclare-t-elle. 
 
Corona pass, pass sanitaire, Covid Safety Ticket, Certificat vert, quels termes utiliser ? 
 
L'ex-Première ministre est aussi largement revenue sur les nouveaux assouplissements annoncés à l'issue du Comité de concertation de ce mardi 11 mai. Comme la mise en place d'un Covid Safety Ticket, dont l'appellation fait débat, et d'un certificat européen. "Ce qu'il faut bien comprendre c'est qu'il y a deux utilisations, donc deux nominations différentes pour deux choses distinctes", commence Sophie Wilmès.  
 
"La première, il s'agit du Certificat vert. C'est un document harmonisé, utilisé par tous les pays européens, qui va permettre de faciliter les voyages à l'intérieur de l'Europe. Chacun de ces pays pourra décider de ce qu'il fait avec ce fameux certificat. Il démontrera si vous avez été vacciné, si vous avez été testé négatif, si vous êtes guéri", explique la ministre. Les vacances arrivent à grands pas, mais la mise en place de ce système n'est toujours pas planifiée. "Nous essayons de faire en sorte qu'il soit prêt pour fin juin", indique Sophie Wilmès en rappelant le caractère inédit du document.   
 
"Ensuite, l'autre document, le Covid Safety Ticket, pourrait être utilisé au niveau interne belge. Il pourra permettre aux gens de participer à des festivals, des événement de masse, dans une période limitée de quelques semaines/mois où la vaccination ne sera pas suffisamment avancée pour garantir le risque zéro", analyse la ministre.  
 
Au niveau des privilèges ou non que pourraient avoir les vaccinés sur les autres personnes, la ministre est claire. " Tant que tout le monde n'a pas eu la possibilité de se faire vacciner, cela n'a pas lieu d'être. Je ne peux pas vivre dans une société comme celle-là", déclare-t-elle. 
 
Qu'en sera-t-il lorsque tout le monde aura eu la possibilité de se faire vacciner ? "J'espère qu'à ce moment-là, on aura une couverture vaccinale assez importante qui fera que tout ceci ne sera qu'une vieille histoire."
 
Un calendrier de déconfinement justifié
  
Quant aux mesures annoncées, Sophie Wilmès a estimé que les décisions prises étaient justifiées. "Je pense que ce qui est sur la table est très raisonnable. On a des outils que nous n'avions pas avant. Les gens connaissent mieux les gestes barrières et surtout la vaccination. Entre aujourd'hui et le 9 juin, il y aura 2 millions de Belges supplémentaires qui seront vaccinés ! C'est énorme", a-t-elle conclu.