Une enveloppe de 145 millions permettra d'octroyer de nouvelles aides aux entreprises et indépendants des secteurs fermés ou fortement touchés par les décisions sanitaires, comme les commerces accessibles uniquement sur rendez-vous. Plus d'une trentaine de secteurs identifiés par leur code NACE sont concernés. Les établissements de secteurs fermés, qui n'ont pas rouvert et dont la fermeture a été prolongée (loisirs, sport, activités récréatives et culturelles, etc.) pourront recevoir un montant allant de 4.000 à 12.000 euros. Pour les secteurs qui ont été rouverts mais qui sont à nouveau fermés ainsi que pour les commerces qui peuvent uniquement ouvrir sur rendez-vous, le montant varie de 3.250 à 9.750 euros.

L'indemnité destinée au "B2B" (de professionnel à professionnel) sera rendue plus flexible en permettant aux indépendants et entreprises concernés de faire valoir leur perte de chiffre d'affaires trimestre par trimestre. Jusqu'à présent, l'indemnité était destinée aux entreprises présentant une perte de chiffres d'affaires de minimum 50% sur les trois derniers trimestres 2020. La mesure handicapait certains secteurs, dont l'horeca qui, après avoir été fortement touchés, avaient pu bénéficier de l'assouplissement des mesures au troisième trimestre 2020.

L'indemnité est de 15% du chiffre d'affaires du trimestre éligible avec un plafond déterminé en fonction du chiffre d'affaires et du volume de l'emploi. Un montant minimum est fixé à 3.000 euros. Les "starters" recevront 3.000 euros par trimestre complet d'activité. Quant à l'indemnité aux secteurs spécifiques, elle est renforcée.

Le gouvernement vient également en aide aux opérateurs de la santé et de l'action sociale dont le niveau de subside est maintenu à leur niveau de financement habituel jusqu'au 30 septembre.

Une enveloppe de 26,5 millions servira à soutenir les secteurs de la santé, du social et des titres-services. Les maisons de repos recevront une subvention exceptionnelle afin de couvrir partiellement (50%) la perte de la quote-part des résidents subie pendant les deuxième et troisième vagues de la crise. Les entreprises de titres-services recevront une nouvelle prime d'immunisation d'un montant de 360 euros par travailleur sous contrat qui n'a pas été placé en chômage temporaire entre le 15 avril et le 15 mai. Les services d'aide à domicile, de la santé mentale, du handicap et de l'action sociale percevront des montants forfaitaires allant de 5.000 à 15.000 euros.