Le ralliement de la députée libérale Patricia Potigny aux listes Destexhe a pour le moins étonné du côté des libéraux. "C'est une surprise totale. Nous n'avions vu aucun signe avant-coureur", a ainsi assuré le chef de groupe MR au parlement wallon, Jean-Paul Wahl. 

"Pour tout dire, j'ai appris la nouvelle ce lundi matin dans la presse", a-t-il ajouté. "Ce choix lui appartient mais il y a sur la table du Parlement de Wallonie des textes importants qui doivent être adoptés. J'espère que nous pourrons compter sur sa loyauté", a poursuivi Jean-Paul Wahl selon qui Patricia Potigny "n'a jamais émis la moindre contestation ou le moindre commentaire sur ces textes qui sont discutés depuis des mois".

"Je suppose qu'elle quitte le MR parce qu'elle considère qu'il n'est pas suffisamment à droite. Nous comprendrions dès lors mal qu'elle ne soutienne pas nos réformes et qu'elle fasse ainsi le jeu de la gauche. C'est aussi une question de cohérence", a-t-il enfin estimé.

Le départ de Patricia Potigny vers les listes Destexhe a fait voler en éclat la majorité wallonne qui ne comptait que 38 sièges sur 75 au sein de l'assemblée régionale. Elle n'en dispose plus désormais que de 37.

"En fonction des décrets qui seront soumis au vote en séance plénière, je les étudierai au cas par cas avec mon collègue André-Pierre Puget (un député wallon qui avait déjà rallié le parti d'Alain Destexhe, NDLR)", a expliqué dans la presse la députée wallonne. "Il n'y aura plus de vote systématique (...) avec le petit doigt sur la couture du pantalon", a-t-elle déjà averti.

Le premier test devrait intervenir dès ce mercredi, avec le vote prévu sur le projet de réforme des APE...