L'arrêt de la Cour d'Appel de Bruxelles condamnant l'Etat belge à dédommager les riverains de la périphérie est de l'aéroport de Zaventem pour usage jugé abusif de la piste 01 conforte la position bruxelloise dans le processus en conflit d'intérêt intenté par la Région flamande contre l'application des arrêtés "bruit" de la Région-Capitale et dans les actions en cessation menées par le gouvernement régional et 19 communes contre l'Etat belge pour violations répétées des législations environnementales bruxelloises et de la Constitution garantissant le droit à un "environnement sain", a affirmé mardi le chef du goupe cdH au parlement bruxellois, Benoît Cerexhe.

Pour celui qui est aussi le bourgmestre de Woluwe-Saint-Pierre, une des communes engagées dans les actions en cessation, "cet arrêt donne entière raison à tous ceux et toutes celles qui depuis des années se battent contre la manière dont l'Etat belge, le gouvernement fédéral et Belgocontrol utilisent les critères de normes de vent, les triturent et les manipulent, pour, consciemment et en dehors de toute considération autre que des motifs communautaires, renvoyer en très grand nombre sur Bruxelles et l'Oostrand des vols qui auraient normalement dû survoler le Brabant flamand". 

La Cour d'Appel rappelle à juste titre que les quartiers survolés durant les phases d'atterrissage par la Piste 01 sont bien antérieurs au développement de l'aéroport de Zaventem, a souligné M. Cerexhe. Le groupe cdH au parlement bruxellois a par conséquent demandé au gouvernement fédéral de faire appliquer sans délai le jugement de la Cour d'Appel et de "faire cesser sans tergiverser et sans fausse excuse l'utilisation intensive et abusive d'une piste 01 qui n'est - et ne peut qu'être - une piste auxiliaire à ne mettre en service que lorsque les conditions de vent sont à ce point difficiles que la sécurité des passagers et des habitants des zones survolées le nécessite impérieusement".