Politique belge

Le fraîchement désigné ministre bruxellois du Budget et des Finances ne comprend pas les reproches émis à  l'encontre de la Région bruxelloise. Deuxième entité à s'être dotée d'un gouvernement, la capitale a fait l'objet de vives critiques ces derniers jours. "On a reproché au gouvernement bruxellois de vouloir se former mais le gouvernement flamand qui a la possibilité de le faire mais qui ne le fait pas, ça c'est du jamais vu", a pointé Sven Gatz (Open Vld) sur les ondes de La Première

Pour le libéral flamand, il serait temps au Nord du pays que les discussions aboutissent. "On fait de la politique, on fait des choix, a expliqué le ministre bruxellois. Il est important que si on peut avoir une coalition, on le fasse, comme on l'a fait à Bruxelles". Concernant les problèmes rencontrés actuellement  par certains présidents de parti (NDLR: des membres du MR ont notamment réclamé un départ de Charles Michel dès la rentrée), Sven Gatz y voit d'autant plus d'obstacles à la bonne poursuite des négociations."J'espère que, dans les semaines qui viennent, un certain calme va revenir dans la politique belge. Les citoyens s'en foutent des questions de leadership."  

"Les citoyens en ont marre des blocages, les citoyens veulent des gouvernements qui gouvernent", a-t-il encore ajouté. Pour rappel, depuis la semaine passée, le libéral flamand est lui-même à la base d'un conflit au sein de son propre parti. Ne souhaitant pas froisser les autres Bruxellois dans les négociations, Sven Gatz s'était opposé à la présidente de l'Open Vld, Gwendolyn Rutten, qui souhaitait embarquer le MR à la Région.