Les négociateurs PS, SP.A, CD&V, Ecolo et Groen souhaitaient que la Première ministre Sophie Wilmès rejoigne les négociations et "cadre" ainsi son président de parti, Georges-Louis Bouchez. Il s'agit d'une condition posée à la reprise des négociations suspendues cet après-midi.

"Il est question, en effet, d'élargir les délégations des différents partis", précise diplomatiquement une source de premier plan.

D'après les informations de Belga, la Premiere ministre Sophie Wilmès s'est effectivement rendue sur place. Elle peut "parler aussi bien à gauche qu'à droite, au nord et au sud", souligne-t-on.

Les discussions en vue d'un accord ont été suspendues ce dimanche après-midi, en raison du comportement du libéral francophone, estiment certains négociateurs. Le temps presse car les préformateurs Egbert Lachaert (Open VLD) et Conner Rousseau (SP.A) sont attendus chez le Roi lundi. Il s'agit de désigner un formateur gouvernemental.

Georges-Louis Bouchez a lui-même a réfuté les allégations dimanche après-midi. Depuis la reprise des négociations physiques vendredi, dit-il, aucun accord n'a été trouvé.

Dans les rangs du MR, on laisse entendre que cette demande des cinq partis non-libéraux (PS, SP.A, CD&V, Ecolo et Groen) vise à déstabiliser Georges-Louis Bouchez dans les négociations.

“Georges-Louis est le bouc émissaire”

Alors que la Vivaldi semblait en bonne voie, quelle mouche a piqué Georges-Louis Bouchez ? Est-il réellement le chien fou que décrivent ses détracteurs ? La réalité est nuancée. 

En fait, Georges-Louis est le seul à défendre les thèses libérales, décode un poids lourd du MR. Egbert Lachaert est le président de l’Open VLD mais son rôle de préformateur le contraint à la réserve. Quant à Alexander De Croo, qui représente la voix libérale flamande, il veille à ne pas irriter les présidents des autres partis afin de ne pas hypothéquer ses chances de devenir Premier ministre. Résultat : Georges-Louis est tout seul face au catalogue des horreurs que proposent les socialistes. S’il ne fait rien, on finira avec un accord de gouvernement de gauche invendable auprès de nos mandataires. Georges-Louis est le bouc émissaire tout désigné…