Politique belge

L'influent magazine britannique 'The Economist' s'inquiète, dans sa dernière édition, des conséquences d'une éventuelle scission de la Belgique pour le reste de l'Europe, même si l'hebdomadaire estime que celle-ci est rendue quasi impossible en raison du sort à réserver à Bruxelles en pareille situation. "Le monde ne prête pas beaucoup attention à la Belgique. Il pourrait toutefois devoir s'y intéresser sous peu. Avec une crise qui s'éternise, la scission de la Belgique apparaît moins impensable qu'auparavant. Et ses effets se feraient sentir bien au-delà du monde imaginaire de Tintin et des hommes à chapeau de Magritte", souligne l'hebdomadaire.

Celui-ci rappelle que la "lente dissolution" de la Belgique, devenue une "coquille vide", est allée paradoxalement de pair avec l'intégration progressive du Vieux continent, dont le pays reproduit - à plus petite échelle - un trait fondamental, à savoir une division entre un nord frugal et germanique, et un sud latin dépendant des subsides. "Mais cela ne veut pas dire que la Belgique pourrait se scinder sans que personne n'y trouve ombrage", ajoute le magazine. "L'Espagne et l'Italie ne seront alors pas les seules à s'inquiéter de ce précédent; une région riche se séparant d'une plus pauvre. Les nationalistes écossais parlent d'indépendance au sein de l'Europe. De nombreux anciens pays communistes disposent d'importantes minorités nationales: pensons aux Hongrois de Slovaquie. Redessinez la Belgique et vous cassez la mystique de la tolérance européenne", avertit l'hebdo.