Theo Francken a donné une interview en direct à LN24, nouvelle chaîne d'information en continu dont le lancement officiel est programmé à octobre prochain.

L'ex-secrétaire d'État à l'Asile et à la Migration a donné le ton. À peine quelques secondes après le lancement de l'interview, il évoque ses attentes vis-à-vis du nouveau média LN24. "J'espère que vous serez moins de gauche que les autres médias francophones". "Nous on est objectif", répond le journaliste Martin Buxant, ex-intervieweur politique de Bel RTL.

À la question "regrettez-vous de ne plus être membre de gouvernement?", Theo Francken répond par la négative. Quant à la phrase prononcée par Charles Michel, qui évoquait un "cocktail national-socialiste" et qui a provoqué l'indignation du parti socialiste notamment, Theo Francken évoque un lapsus.


L'ex-secrétaire d'État a également commenté la loi spéciale climat, soutenue par socialistes, les écologistes, le cdH et le MR. "Dans la loi Climat, il n'y a aucune mesure. C'est du vent et je vais voter contre", fustige-t-il. "Je suis éco-réaliste", ajoute-t-il.

Autre débat évoqué au micro du chroniqueur de LN24, le débat avorté entre Theo Francken et Paul Magnette. "Si la N-VA est prête à discuter avec le PS après les élections? Pour parler de confédéralisme, oui. (...) Je pense que ça va être difficile. Mais j'ai compris que Monsieur Magnette veut mettre un cordon sanitaire autour de la N-VA. C'est une grande g***le mais il n'ose pas débattre avec moi. Ne pas vouloir débattre avec moi sur un média francophone, c'est incroyable". Pour lui, le fait que l'actuel bourgmestre de Charleroi ne veuille discuter avec lui est un "signe de faiblesse", dit-il.