Comme à son habitude, Theo Francken a réagi au quart de tour à la campagne des 300 activistes qui, dans la nuit de lundi à mardi, ont détourné des milliers d'espaces publicitaires dans des stations de métro, des abribus et des gares à travers tout le pays pour dénoncer la politique migratoire en vigueur. 

Dans un "tweet", il clame qu'il s'agit d'une campagne de désinformation. Un: il y a toujours eu des sans-papiers, dit-il. Deux: "Je n'organise aucune razzia". Trois: on n'enferme pas de mineurs.


Un "tweet" auquel le président de la Ligue des droits de l'homme, Alexis Deswaef, a immédiatement réagi: "Cher Theo Francken, le point 3 est-il une promesse que vous n'enfermerez pas d'enfants?" Il est exact que ce n'est pas le cas aujourd'hui mais on sait que cela figure dans ses projets futurs, nous précise M. Deswaef. "Prenons-le donc au mot pour le futur".