Le conseiller communal de Malines Melikan Kucam (N-VA), placé sous mandat d'arrêt jeudi pour trafic d'êtres humains, organisation criminelle, corruption passive et extorsion, nie toute implication dans les faits qui lui sont reprochés, a indiqué son avocat Frank Coel jeudi après-midi à la VRT. Ce dernier a ajouté que son client avait bien obtenu des informations "via via" à propos de flux financiers vers des "passeurs et des agences de voyage", et qu'il avait signalé ces éléments au cabinet de l'ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et la Migration Theo Francken (N-VA). "Selon l'information dont nous disposons, il y a eu principalement des flux financiers vers des passeurs et des agences de voyages qui devaient faire passer des personnes de la Syrie vers le Liban, mais pas vers M. Kucam", a affirmé Me Coel. Selon lui, M. Kucam affirme avoir été au courant de ces pratiques "via via".

L'avocat a souligné que son client n'a donc jamais eu cet argent entre ses mains. "Et mon client a lui même averti le cabinet de l'ancien secrétaire d'Etat à l'Asile et la migration Theo Francken en juillet."

M. Kucam comparaîtra devant la chambre du conseil mardi prochain.