Le vice-Premier ministre Ecolo était interrogé par Bel-RTL sur la décision du dernier comité de concertation (Codeco) selon laquelle, du samedi 3 au dimanche 18 avril, ainsi que le week-end des 24 et 25, les candidats au voyage en train vers la Côte ne pourront s'asseoir que sur les sièges jouxtant une fenêtre (les moins de 12 ans pourront prendre place à côté de l'adulte qui les accompagne).

"La mesure est très difficile à mettre en oeuvre pour les accompagnateurs de la SNCB", a concédé M. Gilkinet, disant ainsi rejoindre la CEO de l'entreprise ferroviaire, Sophie Dutordoir, avec qui il assure "parler au quotidien".

"C'est pourtant nécessaire, c'est la décision qui a été prise par le Codeco, on va l'appliquer avec des renforts, notamment d'agents Securail (le service de sécurité des chemins de fer belges, NDLR). Il y aura donc du personnel en plus", a-t-il assuré.

À l'adresse de la population, le ministre a confirmé la possibilité de se rendre à la mer en train, "mais sachez que les capacités sont limitées et qu'il y a plein d'autres destinations", a-t-il dit, relayant ainsi des appels déjà lancés ces derniers jours par la SNCB.

Dans une lettre au gouvernement, Mme Dutordoir met en garde contre une situation qui risque de devenir "ingérable" si des mesures "urgentes et contraignantes" ne sont pas prises par les autorités publiques pour endiguer l'afflux de voyageurs.

Elle demande au gouvernement soit d'autoriser la SNCB à mobiliser la totalité de sa capacité nominale de transport, par la levée du contingentement pour les destinations touristiques, soit de limiter strictement les déplacements en train vers la Côte. Sans cela, elle agite l'option d'une mise à l'arrêt du trafic vers les destinations visées.