Treize des dix-neuf membres de la nouvelle coalition hexapartite (PS-sp.a-MR-Open Vld-CD&V-cdH) se trouvaient déjà dans le dernier gouvernement Leterme. Le sp.a fait figure de nouveau parti et c'est de son sein qu'est venue la surprise de la journée, l'ancienne présidente du parti Caroline Gennez ne faisant pas partie de la nouvelle équipe.

Le retour du sp.a marque le retour de l'une de ses figures de proue, Johan Vande Lanotte, vice-premier ministre, qui sera épaulé par deux nouveaux venus, Monica De Coninck, présidente du CPAS d'Anvers désormais ministre de l'Emploi et John Crombez, député flamand qui fut chef de cabinet de Johan Vande Lanotte dans le gouvernement violet.

Autre fait marquant, l'échange de compétences, par rapport au gouvernement précédent, entre les vice-premiers ministres Didier Reynders (MR) et Steven Vanackere (CD&V), désormais respectivement ministre des Affaires étrangères et ministre des Finances. M. Reynders aura été le grand argentier du gouvernement durant 12 ans.

Au MR toujours, le ministre Olivier Chastel prend du galon. Il hérite du Budget. Avec Sabine Laruelle confirmée aux PME, Classes moyennes et à l'Agriculture, le MR dispose de trois poste de ministres.

Au cdH, on pressentait que Joëlle Milquet serait confirmée comme vice-première ministre, elle passe de l'Emploi à l'Intérieur. Melchior Wathelet que l'on citait parfois au gouvernement wallon en remplacement du président du parti Benoît Lutgen est également confirmé. Le remplacement du ministre wallon Benoît Lutgen se fera plus tard.

Au PS, Elio Di Rupo devient premier ministre, une fonction qu'un francophone n'a plus exercée en Belgique depuis plus de 30 ans. Le congrès de participation du parti a ouvert la voie à son remplacement à la tête du parti pendant son mandat. Le Bureau du PS se penchera sur la question.

Comme vice-première ministre, on retrouve sans surprise Laurette Onkelinx, qui garde les Affaires sociales et la Santé. Elle rempile avec à ses côtés Paul Magnette, désormais en charge des Entreprises publiques, de la Politique scientifique et de la Coopération.

Enfin, le liégeois Michel Daerden ne fait plus partie de l'équipe après une carrière ministérielle de 17 ans. Certains s'attendaient à ce qu'il soit remplacé par un autre socialiste liégeois. Ce ne sera pas le cas. Philippe Courard est confirmé comme secrétaire d'Etat.

A l'Open Vld, Guy Vanhengel disparaît, laissant place à la nouvelle garde avec la promotion Vincent Van Quickenborne, vice-président du parti qui devient vice-premier ministre.

Au CD&V, on reste dans une certaine continuité.

Le gouvernement prêtera serment mardi. Le vote de confiance à la Chambre pourrait avoir lieu samedi en fin de journée.

Les présidences de la Chambre et du Sénat seront emmenées par André Flahaut (PS) et Sabine de Béthune (CD&V).

Le Roi a également nommé les six secrétaires d'Etat. Il s'agit de Melchior Wathelet (cdH), Secrétaire d'Etat à l'Environnement, à l'Energie et à la Mobilité, adjoint à la Ministre de l'Intérieur, et Secrétaire d'Etat aux Réformes institutionnelles, adjoint au Premier Ministre, Philippe Courard (PS), Secrétaire d'Etat aux Affaires sociales, aux Familles et aux Personnes handicapées, chargé des Risques professionnels, adjoint à la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, Servais Verherstraten (CD&V), Secrétaire d'Etat aux Réformes institutionnelles, adjoint au Premier Ministre, et Secrétaire d'Etat à la Régie des bâtiments, adjoint au Ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique, Maggie De Block (Open Vld), Secrétaire d'Etat à l'Asile, à l'Immigration et à l'Intégration sociale, adjointe à la Ministre de la Justice, Hendrik Bogaert (CD&V), Secrétaire d'Etat à la Fonction publique et à la Modernisation des Services publics, adjoint au Ministre des Finances et du Développement durable, chargé de la Fonction publique, ainsi que John Crombez (sp.a), Secrétaire d'Etat à la Lutte contre la fraude sociale et fiscale, adjoint au Premier Ministre.